Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Daniel Dezeuze

    Voir la page

  • Jean Dewasne

    Suivre cette page

  • Fred Deux

    retour à l'Encyclopédie

    Pour un certain nombre d'artistes présents dans l'Encyclopédie, on peut louer leurs qualités de narrateurs. Mais je crois n'avoir jamais rencontré, dans le cadre de cette investigation, un homme répondant aussi bien à cette qualité de conteur.
    Fred DEUX est dessinateur et écrivain. Mais peut-être est-il avant tout un extraordinaire conteur. Même si l'artiste avait accepté de se prêter au jeu des questions-réponses de l'entretien vidéo, il n'avait pas besoin de ce procédé. Il pouvait, seul, sans interruption, raconter l'étonnante histoire de sa vie et de son oeuvre.
    L'écoutant, je n'avais plus l'impression de réaliser une interview; j'étais devenu le spectateur privilégié d'un moment unique. La voix, le ton confidentiel, la respiration, le rythme, les silences, tout contribua à faire de cet entretien vidéo un moment rare. Il est difficile, dans ces conditions, d'imaginer que l'on puisse arrêter la caméra à un moment ou un autre.
    Les normes du module vidéo prévu pour l'Encyclopédie sont devenues d'un coup obsoletes. Fred DEUX mettait en scène, par son seul discours, les questions, les réponses, les énigmes, les surprises de son parcours.
    On ne peut donc pas s'étonner d'apprendre que l'artiste ait enregistré son autobiographie sonore en 24 cassettes couvrant trente années de vie. Fred DEUX était fait pour la radio et la télévision. Peut-être serait-il insatisfait d'un tel commentaire, lui qui, jour après jour, dans la solitude de l'atelier de province, garde le silence.


    copyright
    Logsc9
  • Gérard Deschamps

    retour à l'encyclopédie


    Pour avoir participé au groupe des Nouveaux Réalistes, Gérard Deschamps a l’avantage de voir son œuvre située au sein d'un groupe d'artistes dont l'histoire est identifiée, confortée par une histoire décrite par Pierre Restany et abondamment commentée par les artistes eux-mêmes.
    Cette situation de l’artiste est précieuse dans le cas de Gérard Deschamps , car l’entretien réalisé avec lui m’a quelque peu désarçonné. En effet , si l’œuvre est incisive, brillante , l’artiste mettrait-il un malin plaisir à ne pas en parler ?
    Tout au long de l'entretien , Gérard Deschamps hésite, met une distance entre son discours et une œuvre qui elle ,caustique, ne manque pas d’humour et se révèle très efficace sur le plan plastique . Sa difficulté à témoigner , le doute qui s’installe parfois sur certains commentaires de l’histoire du groupe m’ont laissé quelque peu perplexe. S'agit-il d'un jeu ?

    copyright
    Logsc9

  • Olivier Debré

    retour à l'Encyclopédie

    Toujours très occupé, Olivier DEBRE avait accepté cependant de venir à notre studio pour l'entretien vidéo que nous lui avions proposé.La première impression que donna l'artiste en arrivant fût celle d'un homme apparemment un peu hésitant. Tout se passait comme si Olivier DEBRE faisait un effort pour comprendre ce qu'il venait faire là, surpris de tout ce qui l'entourait et poser les questions les plus évidentes pour se rassurer.
    En fait, cette attitude me parut presque un jeu de la part de l'artiste qui savait très bien à quoi s'en tenir sur le motif de sa présence et voulait nous donner un sentiment de fragilité qui ne correspondait pas à la réalité de sa personne.Dans le cours de l'interview, Olivier DEBRE se montra très sûr de lui, pédagogue et convaincant. Subitement, le personnage apparemment fragile avait retrouvé toute son assurance.
    Une fois l'entretien terminé, il nous fit le cadeau de ses Signes-personnages sur le livre d'or de l'Encyclopédie.


    copyright
    Logsc9
  • Herni Cueco

    retour à l'encyclopédie


    Evoquer Henri CUECO, c’est faire appel à des souvenirs de plus de trente ans. Ce sont les contacts avec le groupe des MALASSIS, dont faisait partie le peintre, dès 1973 pour des éditions de diapositives. C’est, en 1975, ce tournage, encore expérimental en vidéo noir et blanc, dans son atelier de Bagnolet. Ce second entretien vidéo, dans le cadre de l’Encyclopédie cette fois, a donc lieu trente ans plus tard.
    Henri CUECO a fait son œuvre ; le groupe des MALASSIS a cessé son activité collective.
    Témoignant sur ce chemin redevenu solitaire, le peintre s’exprime avec beaucoup de simplicité ; on le sent toujours en quête d’interrogation sur son travail, presque étonné de son développement.
    A l’époque où les peintres de Supports/surfaces procédaient à la remise à plat de la peinture, ceux de la nouvelle figuration avaient donc fait un choix différent, même si, dans les deux démarches, leurs réflexions conduisaient à des prises de position politique et militante.
    Henri CUECO, dans ce choix figuratif, est peut-être celui qui a le plus interrogé, à sa manière, la peinture, comparé aux autres peintres de la Figuration narrative.
    Son expérience de la pratique collective, au sein de la coopérative des MALASSIS, a assurément donné une dimension particulière à l’engagement du peintre.
    Henri CUECO a choisi , pour citation finale de son module vidéo, cette phrase étonnante :
    « Mon itinéraire ? J’ai utilisé pour m’en sortir la stratégie du rat : tout essayer inlassablement jusqu'à ce que l’on trouve la sortie . Mais sortir de quoi au juste ? »


    copyright
  • Carlos Cruz-Diez

    Voir la page

  • Léonardo Crémonini

    Voir la page

  • Robert Couturier

    retour à l'Encyclopédie

    Parmi les artistes venus témoigner pour l'Encyclopédie, Robert COUTURIER fait partie de ceux qui ont traversé le siècle presque insolemment.
    Pour ce sculpteur né en 1905, qui avait fréquenté MAILLOL, je m'attendais à recevoir une personne portant le poids de son âge et de son histoire personnelle.Il fallut vite se rendre à l'évidence. Robert COUTURIER était, à quatre vingt onze ans, alerte, vif, presque turbulent.Sa sculpture également est alerte, vive, presque turbulente.
    C'est donc un artiste en mouvement qui témoigna ce jour là. Dans son atelier parisien ce constat se révéla avec encore plus de force. Dans cet espace où les sculptures se serraient dans un désordre orchestré, ce sentiment de légèreté, de mouvement dominait.Robert COUTURIER fait une sculpture à partir d'un bout de rien, d'un matériau anodin. Mais la vie passe. L'élan, le mouvement, la liberté se libèrent de la matière.Le tournage dans l'atelier reste comme un moment de légèreté, ludique, facile.
    L'homme, donc le caractère se montrait parfois difficile, redécouvrait comme un enfant, ses pièces dans l'atelier, petites ou imposantes, toujours élégantes.


    copyright
    Logsc9