Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vélikcovic dans l'exposition La mémoire du geste

    171391675.JPG
     
    "La grande poursuite", quadriptyque de 1986, oeuvre majeure de Vladimir Vélickovic est présentée dans l'exposition de la Galerie le Garage à Orléans à partir du 1er mars 2008 

  • Marey et le sport exposition La mémoire du geste

    4546c392e8c3547a1137f460e4739085.jpg
    A partir de 1881, avec la mise en place de la Station physiologique du Parc des Princes, , Marey , secondé par un de ses anciens élèves, Georges Demeny, utilise un nouveau procédé : la chronophotographie. Cette méthode permet de fixer à partir d’un point de vue unique et à des intervalles de temps égaux d’abord sur une plaque de verre, puis à partir de 1888 sur une bande celluloïd mobile, les diverses phases successives du mouvement d’un sujet devant un fond noir. Les recherches du physiologiste, qui élargissent le champ de la perception, portent surtout sur la locomotion animale. Demeny, passionné par l’éducation physique, lui propose de multiplier les expériences avec des sportifs, essentiellement des Joinvillais. Les " conscrits du Fort de Joinville " comme les appelle Mareydéfilent ainsi devant l’objectif. Pour la circonstance, ils sont vêtus de blanc, ou presque nus, et se déplacent sur un fond totalement noir. Demeny chronophotographie les gymnastes, les coureurs, les lanceurs de disque ou de javelot, les tireurs à la corde et autres sauteurs en hauteur, en longueur ou à la perche, de façon systématique. 

  • Gérard Le Cloarec dans "La mémoire du geste"

    9b6d50ad0b7aee0793b7c61a807ddd3c.jpg

     

    Né le 29 Décembre 1945 à Penmarc'h, Finistère.

    1968 Diplôme de l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs
    1978 Lauréat du prix Cornette de Saint-cyr au musée d'art moderne de Paris
    1980 Voyage aux Etats-Unis
    1982 Retour aux Etats-unis pour une exposition.
    1985 Exposition Espace CARDIN à PARIS. Il participe à de nombreuses expositions collectives en France et à l'étranger.
    1993-1995 Réalisation d'une fresque sur la facade  du théâtre à Hérouville Saint-Clair.

    "Les formes ne seront plus jamais des assouvisseurs de sentiments ni de désirs, la couleur et la ligne sont sorties définitivement des catégories de la pensée frustrée.

    LE CLOAREC est un des héritiers de ces travaux merveilleux de libération, inspiré qu'il est par un élan vital avec lequel se fonde la compréhension poétique de l'Univers, où seules les formes et les couleurs donnent un sens au spirituel comme l'entendait Kandinsky.

    La dynamique explosante d'un "big bang" pictural, fait sentir la présence d'un espace débarrassé de ses poussières archaïques. Le futur existe. LE CLOAREC l'exprime."  Albin WOEH

     

  • Gérard Guyomard

    f685127da3b4341ad427655ff2e62069.jpg

    Gérard Guyomard est  né le 20 novembre 1936 à Paris.

     

    Il est apparenté au mouvement de la figuration narrative et a participé à la seconde exposition fondatrice de ce mouvement (Mythologies quotidiennes 2 – Musée National d'Art Moderne 1977).

    Guyomard s’est formé sur le tas, au contact des restaurateurs de peinture dont il tient sa virtuosité technique.

    Il commence à produire en 1964 et crée progressivement son vocabulaire d’images inspirées de la vie quotidienne, des fantasmes érotiques…
  • Marey et la chronophotographie

    1fc5a6f53ab894216f7606ae9d490063.jpg


    En 1874, l'astronome Jules Janssen invente le pistolet photographique, destiné à enregistrer le mouvement des astres. Marey s'en inspire et met au point, en 1882, le fusil photographique qui lui permet de photographier « sur nature » un être en mouvement sur douze poses. Cette « caméra » a l'avantage d'être légère et mobile. Il ne l'utilise que quelques mois, mais l'invention est restée célèbre.

    En 1882, Marey crée également la Station physiologique du Bois de Boulogne, subventionnée par l'État français : le ministère de la Guerre s'était intéressé aux travaux de Marey sur la « méthode de marche » de l'armée allemande, vainqueur en 1870.

    La même année, il invente la chronophotographie à plaque fixe (au gélatinobromure) : à l'aide d'un seul objectif — contrairement à la méthode de Muybridge qui utilisait plusieurs objectifs — et avec des sujets clairs sur fond noir, une plaque photographique est exposée plusieurs fois par un obturateur rotatif.